OÙ SONT LES GROUPES DE DISTRIBUTION AUTOMOBILE SUR FACEBOOK EN 2014 ?

offre autowebbb google adsEn juillet 2013, l’Agence AutoWebbb communiquait une étude portant sur la présence et l’activité des groupes de distribution sur Facebook à travers leurs pages « institutionnelle ». 6 mois après un nouveau point d’étape s’impose.

+ Quelles sont les évolutions ?
Les groupes leaders du marché semblent vouloir s’emparer de ce nouveau terrain de jeu. Quelques minutes passées sur une page de l’un d’entre eux suffisent à comprendre que le virage vers la communication 3.0 est amorcé. Effectivement, vraie nouveauté dans le monde des groupes de distribution automobile, les budgets pour faire de la publicité sur Facebook et les réseaux sociaux ont enfin été débloqués. Maintenant il s’agît qu’ils soient bien gérés…
Effectivement, la volonté est bien là, mais pour ce qui est de l’efficacité, les bonnes pratiques sont encore rares. Les faits les plus probants se trouvent en analysant le top 2 de cet audit. Les groupes Jeannin Automobiles et Saga Mercedes (RCM) ont de loin les pages les plus interactives et il est intéressant d’observer la fréquentation de leurs applications stock.
Effectivement, en 2012, nous lancions Social VO, application permettant de consulter les stocks VO d’un distributeur directement sur sa page Facebook. Depuis cette date, nous n’avons jamais cessé de faire évoluer Social VO et nous pouvons aujourd’hui constater un fait marquant, celui qui communique qualitativement sur sa page a de la fréquentation sur son application stock.

+ Communiquer qualitativement n’est pas simple
Les groupes ayant compris l’importance de ce point sont peu nombreux malgré les multiples initiatives. En analysant notre audit, nous constatons qu’à peine une dizaine de groupes automobiles ont aujourd’hui une communication qui valorise vraiment une image de marque sur les réseaux sociaux. La base de la communication efficace d’une page institutionnelle consiste en un savant mélange entre les actualités produits des marques distribuées et les évènements majeurs de leur groupe. Il faut également animer les pages dans l’optique d’interagir avec ses likeurs. Cette base n’est pas encore respectée par l’ensemble des groupes et les réelles valeurs ajoutées sont toujours faibles.
On le voit il n’est pas aisé de construire une communication social media sans avoir un certain recul. Outre les 2 bases évoquées ci-dessus il n’existe aucune réponse toute faite garantissant le succès et c’est justement là l’intérêt du « web social ». Il s’agit d’abord de renforcer une image de marque existante par une communication institutionnelle quotidienne et qualitative. Mais pour cela, il est nécessaire de trouver le bon angle, celui qui colle au groupe et c’est sans doute là que recourir à une équipe professionnelle fait la différence
Notre analyse porte sur le volume des communautés (nombre de « fans »), le critère principale d’interaction (nombre de « like » / publication) et un ratio de ces 2 éléments majeurs (nombre de like / nombre de fans).

Découvrez dès maintenant le nouveau volet de l’étude menée par AutoWebbb.

L’accès à un référencement national parfait nécessite un bon référencement local

AW_NewsNov2013_4Le référencement dit naturel est la capacité d’un site internet à se positionner dans les premières pages des moteurs de recherche, (Google, dans 91% des cas) et ce sur un certains nombres de mots clés.

Il y a quelques années encore, les agences web multipliaient leurs tarifs par deux pour toute réalisation de site web avec l’assurance d’une optimisation de son référencement. Effectivement, à l’époque l’accès à un référencement national avec les mots clés les plus recherchés était relativement facile. Aujourd’hui le contexte a radicalement changé, en effet google se concentre sur la géo-localisation, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années.
Les moyens évoluent quotidiennement mais les méthodes restent souvent les mêmes. Il est donc nécessaire de travailler plusieurs éléments : l’optimisation insite (à l’intérieur du site), la multiplication de backlinks (les liens venant du web pointant vers le site) mais surtout la bonne définition du ciblage recherché.
Face à un Google de plus en plus axé sur la géo-localisation et à des infomédiaires nationaux de plus en plus puissants, les distributeurs automobiles doivent se recentrer sur leur zone de chalandise et conserver leur empreinte locale sur le web.

La difficulté est d’autant plus importante pour les groupes. Aujourd’hui, ils préfèrent tout centraliser sur une identité de groupe globale et référencent donc faiblement chaque établissement. La méthode devrait cependant être inversée et référencer chaque concession de manière indépendante avant même de songer à toutes les regrouper. Bien sûr, cela n’empêche pas de créer des plateformes de services valorisant la puissance des offres.
Le référencement n’est jamais figé, il est donc capital de suivre tous les changements des algorithmes Google ainsi que les analytics des sites administrés au quotidien. Il s’agit également de bien maîtriser la puissance des réseaux sociaux leaders et connaître l’émergence des nouveaux. Il faut aussi comprendre et ajuster les offres souscrites chez les différents infomédiaires tout comme répondre et agir en fonction des avis clients…

En bref, le référencement naturel n’est plus une simple technique mais un savoir impliquant connaissance web et connaissances Métier. Il doit être maîtrisé au quotidien par un service webmarketing performant. La voie de l’externalisation, paraît encore une fois, être la meilleure des solutions.

Découvrez les techniques liées à l’enjeu du référencement géolocalisé réalisé par le consultant spécialiste en SEO, Maurice Largeron.

N’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier d’un audit personnalisé, effectué par AutoWebbb en collaboration avec Maurice Largeron.

La publicité Google au service de la vente automobile

AW_NewsNov2013Cela fait maintenant une dizaine d’années que des sites internet ainsi que des vitrines automobiles sont proposées aux distributeurs automobiles. Pendant toutes ces années, le prix investi dépendait d’un seul élément, le référencement (autrement dit, la capacité d’un site ou d’une vitrine à se rendre visible dans les moteurs de recherche).
Ce terme, largement utilisé par les revendeurs du web et de l’automobile comme argument commercial a littéralement changé avec la multiplication des infomédiaires et des sites de distribution. Déjà il faut distinguer 2 différentes parties, le référencement naturel (SEO à venir dans une prochaine newsletter) et le référencement payant (SEM). Le plus grand opérateur de référencement payant s’appelle Google Adwords.

+ Retour sur ce phénomène avec quelques explications :
Google a lancé le programme  Adwords en 2000, alors que celui-ci ne permettait pas plus de 3% de taux de clics. Aujourd’hui 52% des internautes cliquent sur les publicités Google (IFOP juin 2013) * et 81% d’entre eux disent que les annonces correspondent bien à leurs recherches. A noter qu’aujourd’hui Google tire 99% de son chiffre d’affaires dans ce système, la firme a donc tout intérêt à être efficace…capture1

+ Pourquoi un tel succès ?
Les raisons sont simples et étroitement liées à la problématique de visibilité évoquée en introduction. La course au référencement naturel a mené de grosses structures à dépenser de colossaux budgets pour pouvoir se positionner sur les premiers résultats des recherches les plus demandées sur Google (« voiture occasion », « voiture neuve » et autres « mandataire automobile »…). Il est donc devenu très complexe de bien positionner son entité uniquement via le référencement naturel. C’est donc là que recourir à Google Adwords permet à toute structure de positionner son stock ou ses services sur les premiers résultats pour un coût modéré.
C’est en effectuant une recherche sur l’emploi de ce système par la distribution auto que nous pouvons arriver à un bilan surprenant. Quasiment tous les négociants et mandataires utilisent Google Adwords, mais à l’inverse peu de groupes de distribution ont développé une stratégie Adwords globale. En parallèle à cela, nous avons constaté que chaque concession bénéficiant de plus de 100 VO en stock peut dépenser en moyenne un minimum de 1000€/mois pour la visibilité de son stock sur les sites infomédiaires. Voir la suite →